« Nous refusons que la Haute Durance ne devienne un nouveau Sivens »

Communiqué du 30 mars 2016 suite à l’occupation de locaux RTE dans les Hautes Alpes

Retour sur la journée du 29 mars 2016 :

Nous refusons que la Haute Durance ne devienne un nouveau Sivens.

Hier, une cinquantaine de militants No THT ont occupé toute la journée, de manière pacifique et bon enfant, les locaux de RTE à ST CRÉPIN (Hautes alpes).
Au son des violons et des guitares, ils manifestaient à nouveau leur opposition à la construction de deux lignes à très haute tension dans la vallée de la Durance.
Pendant que des militants étaient en bas du bâtiment, une dizaine d’entre eux ont pris possession du toit du bâtiment.
Cette occupation symbolique, nous a permis d’arborer fièrement les couleurs de notre drapeau sur le toit des bureaux, occupés habituellement par les techniciens en charge du projet.

Malgré une présence policière nombreuse durant toute la journée, l’ambiance était détendue, et les militants se sont relayés sur le site. Notons la présence du PSIG (Peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie) d’Embrun en fin d’après midi, très présent en bas du bâtiment pour assurer selon les dires de l’un deux, la sécurité des militants perchés sur le toit. D’une hauteur de 9 m, ce toit est entouré de barrières seulement stabilisées par des contre-poids.

Le soir, nous avons décidé de poursuivre l’occupation, les uns restants sur le toit, les autres en bas assurant le ravitaillement à coup de lancer de paquets de bonbons, de fruits, de baguettes de pain. S’en est suivi l’installation d’une tyrolienne afin de faire passer couvertures et duvets pour la nuit. Cela provoque un mouvement irraisonné, dangereux et violent de la part des gendarmes. Ces derniers montent sur le toit à 4, couteau brandi en avant (pour couper la corde de la tyrolienne) dans l’obscurité la plus totale et tombe à bras raccourci sur les militants regroupés et accrochés à l’extérieur des barrières.

Plusieurs militants se sont fait frappés, étranglés, l’un des gendarmes hurlait :
« j’ai un couteau, j’ai un couteau !».

Cette intervention a entrainé un mouvement de panique et une personne terrorisée par cette violence a sauté du toit et a atterri sur une terrasse intermédiaire avant de s’écraser au sol.
Elle est aujourd’hui hospitalisée.

Nous dénonçons :

– L’action irréfléchie des gendarmes du Psig, alors que cette journée était calme et bon enfant.
– Le fait que le Psig a volontairement créé, sans aucune nécessité une situation de violence inouie face à des militants qui tentaient de s’organiser pour se protéger du froid en réceptionnant des sacs de couchage et des couvertures.
– Le fait que 4 gendarmes du Psig (caméras Go pro baissées, alors que jusqu’à ce moment là, ils filmaient…) se sont rués sur les manifestants (qui tentaient de récupérer le sac à dos) couteau à la main en criant « j’ai un couteau, j’ai un couteau !».
– Le fait que l’obscurité étant totale et les militants accrochés à l’extérieur de la barrière, les gendarmes n’ont pas hésité à les frapper à coup de poing et étrangler en brandissant un couteau.

Une personne prise de panique durant l’intervention a voulu échapper à cette violence et a sauté du toit sans que personne ne sans aperçoive, ni de notre coté, ni du coté des forces de l’ordre.
Les gendarmes ont coupé la corde, puis se sont retirés en criant « bisous, bisous ».

Au même moment, un garde-chien du Psig et des vigiles étaient en bas du bâtiment, eux n’ont rien vu non plus…

La personne a pu rejoindre le parking très péniblement où, de là, quelqu’un l’a transportée à l’hôpital. Le diagnostic est en suspens, elle est touchée aux vertèbres et au coude.

Ici comme ailleurs, l’intervention des forces de l’ordre dans des contextes de luttes sociales et environnementales se solde par la mise en danger de la vie d’autrui.

Contact : notht05 arobase riseup point net

Source : Antitht.noblogs.org

Samedi 2 avril,  sur la page facebook du collectif No tht 05 :

Des nouvelles de la personne blessée lors de la manifestation à Saint-Crépin ce mardi 29 mars.
L’intervention s’est bien passée, elle a été opérée jeudi soir et doit sortir lundi de l’hôpital. Bilan de la chute: une vertèbre de brisée et une grosse luxation du coude.
Elle a eu la visite de la gendarmerie mercredi après midi pour donner sa version des faits qui correspond à celle donnée lors de la conférence de presse de Gap vendredi 1er avril.

Nous lui souhaitons un bon rétablissement et lui souhaitons un joyeux anniversaire, qui aurait pu se dérouler dans de meilleures conditions.

Plus d’informations sur les projets de lignes à Très Haute Tension dans la vallée entre Gap et Briançon : En Haute Durance et ailleurs contre la THT, le nucléaire et son monde

D’autres publications sur la lutte contre la THT en Haute-Durance :

Réotier (Hautes-Alpes) : sabotage du pied d’un pylône de la nouvelle ligne THT (26 mars 2016)

Compil’ de textes contre la THT en Haute Durance (Automne 2015)

Lutte anti-THT en Hautes-Alpes : les sabotages se multiplient (23 décembre 2015)

Les masques tombent, pétons un câble (à bas la THT !)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s