« C’est ce que la justice environnementale signifie pour nous »

12052367_976231202437760_8321106035720546089_o

Ce texte est une traduction du communiqué de ‘Flood The System Seattle’ après son action contre les expulsions de migrant.e.s le 21 septembre 2015.

Aujourd’hui, nous, un groupe d’activistes environnementaux de Seattle, sommes enchaîné.e.s ensemble dans le but de stopper des bus à destination du Centre de Détention de Northwest. Entouré.e.s de membres du TWAC (Trans and/or Womyn’s Action Camp) et du Northwest Detention Center Resistance, nous avons risqué notre sécurité et notre liberté en bloquant les routes et en empêchant les expulsions de cette semaine.

En tant qu’activistes environnementaux, nous prenons ces risques car nous pensons que la lutte pour les migrant.e.s et la lutte pour la justice environnementale ne représentent qu’une seule et même lutte. Nous espérons que ces actions inspireront d’autres personnes au sein de notre mouvement à imaginer une solidarité plus profonde et plus engagée.

12036855_975708292490051_2508399348707502363_n

Certain.e.s nous ont demandé pourquoi nous avons choisi de faire cette action alors que le changement climatique en est à un point critique. D’un point de vue très basique, nous pensons que les personnes conscientes doivent se sentir touchées par la souffrance humaine, la violence et l’injustice peu importe où et de quelle manière elles se montrent.

Certain.e.s d’entre nous ont des ami.e.s qui ont été séparé.e.s de leurs familles par la violence de ce système d’immigration ; certain.e.s d’entre nous sont des récente.s migrant.e.s  ou des enfants de migrant.e.s ; et tous.toutes celles et ceux d’entre nous qui ne viennent pas de familles indigènes ont un passé familial d’immigration. Maintenant plus que jamais nous voyons la brutalité de ces frontières militarisées. Les conditions dégradantes et déshumanisantes à l’intérieur des centres de détention sont dénoncées dans les unes des journaux nationaux. Alors que le monde observe des centaines de milliers de personnes se faufilant à travers l’Europe, la brutalité de l’impérialisme et de ses frontières est indubitable. De plus, le Centre de Détention de Northwest, comme beaucoup de prisons américaines, est construit sur un site de déchets toxiques : ajoutant ainsi des problèmes de santé sur le long terme en plus du traumatisme lié à la détention et l’expulsion.

La passion féroce de se battre contre une injustice ne diminue pas notre détermination à en finir avec d’autres injustices. Cette compassion qui nous force à défendre nos communautés et les générations futures menacées par le chaos du changement climatique nous oblige à agir maintenant. Si nous voulons éviter un horrible futur, cette compassion n’est pas optionnelle.

Alors que la planète se réchauffe, nous verrons de plus en plus de personnes abandonner leurs maisons et tenter de passer les frontières. Que la cause principale soit la guerre, la sécheresse, la famine ou autre chose, le changement climatique déplacera des millions de personnes. Cela a déjà débuté et continuera à s’aggraver, et cela même si nous passions immédiatement à une énergie propre. Ces jours, des personnes cherchent à échapper à un conflit en Syrie qui a été largement exacerbé par une sécheresse extrême et le réchauffement climatique.

12039137_976302819097265_3677511442784342373_o

Les nations qui ont causé cette crise ont l’obligation d’accueillir les réfugiés à bras ouverts. Nous devons créer un monde où la sécurité et la justice sont plus importantes que des frontières arbitraires. Si nous ne trouvons pas un moyen d’accueillir et de soutenir l’immigration dans un monde qui se réchauffe rapidement, nous nous dirigeons vers une dystopie. Dans ce monde perturbé par le climat, nous hériterons de frontières militarisées et de systèmes de goulags abusifs qui nous apporteront un état policier encore plus violent.

Si nous croyons vraiment que les impacts du réchauffement global pourraient changer le monde, nous sommes obligé.e.s d’agir maintenant afin de construire une société compassionnelle et ouverte.

Des personnes à l’intérieur et à l’extérieur du mouvement environnementaliste ont critiqué cette position pour se focaliser davantage sur la fonte des glaciers plutôt que sur le peuple. Mais finalement, nous voyons enfin l’éclosion d’un mouvement de justice environnementale qui nous donne une autre version de l’histoire, une version qui démontre le sens de la science à travers le prisme des vies humaines : les 2000 morts lors de la canicule à Karachi en été 2015, les dévastations du typhon Haiyan aux Philippines en 2013, ou encore les familles qui ont perdu accès à l’eau en Californie.

12028748_976304839097063_1928757322792862068_o

Il a été très encourageant de voir tant de personnes venant de tant de mouvements différents se rassembler lors de la People Climate March à New York en 2014, dans une expression d’interdépendance. Le mouvement Black Lives Matter a poussé beaucoup d’activistes environnementaux à réfléchir, discuter, et écrire à propos de justice raciale dans notre mouvement, et à repenser des désastres climatiques comme l’ouragan Katrina à travers cette vision.

Mais une solidarité réelle ne peut pas être construite uniquement en invitant tout le monde à nous rejoindre sous notre tente environnementaliste. En tant que mouvement, nous devons reconnaître que la crise climatique n’est qu’un problème parmi tant d’autres créés par le colonialisme, le capitalisme et la suprématie blanche, et nous devons également nous impliquer contre ces derniers. Nous devons démontrer que notre mouvement peut respectueusement se faire des allié.e.s de lutte, et que nous sommes prêt.e.s à prendre de vrais risques pour elles/eux. Les discussions sur la justice raciale et la justice pour les migrant.e.s au sein du mouvement écologiste sont importantes, mais l’action l’est tout autant.

Voici un pas dans cette direction. Nous demandons à tous les activistes environnementaux de voir ces connexions avant qu’il soit trop tard, et qu’ils/elles débutent ce lourd travail afin de construire des relations fortes dont nous avons besoin pour partager cette crise et cette libération commune. C’est ce que la justice environnementale signifie pour nous.

Nous ne pouvons être en sécurité avec ces barbelés, ces murs et ces frontières ; nous pouvons être en sécurité uniquement si nous apprenons à nous soutenir les un.e.s les autres. En renforçant ces connexions et en travaillant ensemble, nous pouvons transformer ce monde turbulent en un monde décent, cordial et ingénieux. Assiégé, le climat de la Terre devient rapidement fragile et violent, mais nous pouvons y faire face. Nous pouvons et devons renforcer ce qui nous rend résistants : la coopération, l’ouverture d’esprit et la compassion. Nous aurons toujours ces choses-là en abondance, et peu importe ce qui arrive, elles nous seront très utiles.

Carissa Knipe, Sierra Klingele, Ed Mast, Hannah Madrone et Matthew Horwitz

Source : https://floodthesystem.net/climate-justice-means-real-solidarity/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s