Les débuts de l’ALF – Extrait du livre ‘Until All Are Free’

tumblr_mfpmm8tLGn1ry18lko2_1280

Au Royaume-Uni, le mouvement pour les droits des animaux trouve ses racines dans le sabotage de chasse et la Hunt Saboteurs Association (HSA). C’est en 1971, à Luton, qu’un étudiant nommé Ronnie Lee créa un tout nouveau groupe de sabotage de chasse. Le groupe eut beaucoup de succès à travers les sabotages de chasse et les sauvetages d’animaux. Pourtant, malgré les nombreuses victoires du groupe sur le terrain, Ronnie se rendit vite compte que le sabotage légal de chasse ne pouvait pas stopper complètement les chasseurs de faire du mal aux animaux. L’un des problèmes était que chaque chasse parvenant à entrer dans leur territoire de chasse devenait une menace pour les animaux. Même si les saboteurs parvenaient à sauver les animaux, la possibilité que ces derniers soient blessés et meurent de leurs blessures ou de stress restait élevée.

C’était donc avec cela en tête que Ronnie et certains de ses amis ont commencé à investiguer dans le but de trouver de nouvelles méthodes pour sauver des animaux. Ils ont rapidement compris que le meilleur moyen d’empêcher toute tentative de meurtre d’animaux était d’empêcher les chasseurs de s’approcher de leur territoire de chasse. Ensemble avec Cliff Goodman et d’autres personnes, Ronnie forma le groupe Band Of Mercy en 1972. Le nom fut choisit car il était dans le passé le nom d’un groupe d’action directe de libération animale. Au cours du 19ème siècle, une activiste anti-esclavagisme du nom de Catherine Smithies avait démarré une branche ‘jeunesse’ de la RSPCA (Royal Society for the Prevention of Cruelty to Animals), Band Of Mercy. Contrairement aux saboteurs du HSA, Band Of Mercy considérait que le meilleur moyen d’empêcher les chasseurs de tuer des animaux était d’utiliser des méthodes illégales.

Au début ils/elles commencèrent par de petites attaques contre les chasseurs durant la chasse aux renardeaux, où les chasseurs dressent leurs meutes pour la chasse. Le but de ces attaques était de détruire les véhicules utilisés par les chasseurs. Quant aux techniques, elles restaient relativement simples. Les réservoirs de gaz étaient détruits, les pneus crevés, les vitres cassées et de la peinture était vidée sur les voitures, l’acte était également accompagné d’un message expliquant le but de l’action. L’action directe fonctionna et Band Of Mercy empêcha beaucoup de chasseurs de pratiquer la chasse. Les activistes devinrent encore plus motivés par ces succès et comprirent que ce type d’actions pourraient être encore plus puissantes sur d’autres cibles.

Fin 1973, le groupe entendit parler de la construction d’un nouveau laboratoire de vivisection près de Milton Keynes, une ville située entre Oxford et Cambridge. Ronnie et un autre membre de Band Of Mercy se rendirent sur les lieux à deux reprises et décidèrent que le meilleur moyen de stopper le projet serait l’incendie. Si le feu se propageait comme ils l’avaient planifié, le bâtiment pourrait s’effondrer complètement, et même si l’entreprise décidait de le reconstruire cela coûterait beaucoup d’argent. De nos jours on appellerait cela du vandalisme économique.

Le 10 novembre 1973, Band Of Mercy effectua donc le premier acte connu d’action directe contre un laboratoire de vivisection. Les deux activistes entrèrent dans le laboratoire quasiment fini, et brûlèrent le bâtiment. L’attaque était historique pour deux raisons ; parce que c’était la première attaque contre un laboratoire de vivisection, et parce que c’était la première fois que des activistes pour les droits des animaux utilisèrent l’incendie comme méthode pour sauver des animaux. L’incendie provoqua environ 40 000 euros de dégâts. Six jours plus tard, les activistes retournèrent sur les lieux et brûlèrent le bâtiment une deuxième fois. Cette fois l’action provoqua 30 000 euros de dégâts. Afin d’expliquer l’action, Band Of Mercy envoya un communiqué aux journaux : ‘Le bâtiment a été incendié afin d’empêcher la torture et le meurtre de nos frères et soeurs animaux à travers des expérimentations diaboliques. Nous sommes une organisation guérilla non-violente dédiée à la libération de tous les animaux, de toutes formes de cruauté et de persécution générées par l’être humain. Nos actions continueront jusqu’à ce que nos buts soient accomplis.’

Après l’attaque du laboratoire à Milton Keynes, l’action directe suivante se passa en juin 1974. Cette fois Band Of Mercy voulait endommager la chasse aux phoques. Ils utilisèrent les mêmes tactiques que pour le laboratoire, attaquant avant même le début de la chasse. Comme l’incendie s’était prouvé efficace, le groupe décida de l’utiliser une nouvelle fois. Pendant la nuit le groupe attaqua deux bateaux utilisés pour la chasse aux phoques en Angleterre. Les deux bateaux furent incendiés, l’un d’entre eux a été complètement détruit et l’autre fut sérieusement endommagé. Après cette attaque ils ne dévoilèrent aucun communiqué afin de rendre les chasseurs confus. A cause de cette attaque la chasse aux phoques de 1974 a été annulée, ce fut une grande victoire pour Band Of Mercy et le mouvement pour les droits des animaux dans son intégralité. La victoire fut encore plus grande lorsque l’entreprise à qui appartenait les bateaux annonça sa faillite à cause des dégâts. Aucune autre entreprise n’eut la volonté d’investir de l’argent dans des bateaux pour la chasse aux phoques. Ces deux activistes stoppèrent la chasse aux phoques en Angleterre en une seule action.

Mais ce n’est pas tout le monde dans le mouvement anglais pour les droits des animaux qui appréciait les méthodes de Band Of Mercy. En juillet 1974, un membre du HSA offrit une récompense de 250 livres sterling à quiconque pourrait fournir des informations permettant d’identifier les membres de Band Of Mercy. Malgré ces critiques, le groupe continua son travail comme si de rien n’était. Après l’attaque contre la chasse aux phoques, ils commencèrent une campagne intensive contre la vivisection et les éleveurs d’animaux destinés aux laboratoires et passèrent des mois et des mois à chercher des informations. La stratégie principale était d’infliger des dégâts économiques en détruisant des véhicules et des bâtiments mais à cette période Band Of Mercy libéra également des animaux pour la première fois. La libération se passa à Wiltshire et les activistes libérèrent six cochons d’inde d’un élevage. La propriétaire de l’élevage fut si choquée et inquiète quant au retour des activistes qu’elle stoppa son activité peu de temps après leur visite.

Après des actions triomphantes contre les chasseurs et les vivisecteurs, Band Of Mercy décida de s’attaquer à d’autres oppresseurs d’animaux, en particulier les éleveurs de poules et les magasins de chasse. Avec rien qu’un petit groupe d’amis, ils réussirent à déranger sérieusement les oppresseurs en août 1974 à travers deux attaques contre OLAC, un éleveur d’animaux destinés à la vivisection. Le premier fut un réel succès, mais lorsque Ronnie et Cliff retournèrent sur les lieux deux jours plus tard, un gardien appela la police et les deux activistes furent arrêtés. Si la police pensait que leur arrestation découragerait les autres activistes ils avaient tort. L’arrestation donna un énorme coup de publicité à Band Of Mercy et beaucoup de gens pensèrent qu’ils étaient des héros. Au cours de leur procès, il y avait des manifestations en dehors du tribunal pour les soutenir et même des politiciens locaux pensaient qu’ils devaient être libérés. Malgré tout le soutien, Ronnie et Cliff furent condamnés à trois ans de prison.

Après le procès, les autorités décidèrent de séparer les deux détenus et envoyèrent Ronnie dans une prison à Winchester et Cliff dans une prison à Oxford. Ronnie se rendit vite compte que la vie carcérale n’était pas très plaisante pour les vegans et démarra une grève de la faim qui fit beaucoup de bruit. Sa demande initiale était le droit à des repas vegans en prison, mais par la suite il demanda également un arrêt total de la vivisection à Porton Down, la station de recherche du gouvernement sur les produits biologiques et chimiques. A la fin, la prison céda et lui donna le droit à des repas vegans. Malheureusement Porton Down continua de torturer des animaux.

L’action directe fut proche du néant durant cette période avec une seule et unique action majeure pendant que les deux activistes étaient en prison. En 1975, Mike Huskisson libéra deux beagles d’une entreprise nommée ICI. De nombreuses années plus tard, ICI vendit sa division pharmaceutique qui fut renommée Zeneca, celle-ci fusionna plus tard avec l’entreprise Astra pour devenir AstraZeneca. Les chiens étaient utilisés pour l’industrie du tabac et étaient nommés ‘les beagles fumeurs’ par les journaux. Mike fut arrêté pour cette action et poursuivi pour vol. Cela dit, grâce à la publicité générée par les procès précédents le procureur décida de retirer le dossier.

Ronnie et Cliff restèrent tous les deux pendant une année en prison et furent libérés durant le printemps 1976. Tous les deux furent affectés par leur temps passé en prison. Cliff n’avait qu’une seule chose en tête : ne jamais retourner en prison. Pendant son temps derrière les barreaux il devint un informateur pour la police, et le mouvement pour les droits des animaux le vit comme un traître et lui tourna le dos. De l’autre coté, Ronnie sortit grandi de son temps derrière les barreaux et devint encore plus déterminé quant à ses idéaux. Il utilisa son temps en prison pour réfléchir à comment il pourrait démarrer un groupe de libération révolutionnaire. Un groupe combattant pour la libération des animaux. Lorsqu’il fut relâché, il réunit les autres membres de Band Of Mercy ainsi que d’autres personnes prêtes à effectuer le même type d’actions pour aider les animaux. Un nouveau groupe d’une trentaine de membres fut créé avec Ronnie en tête. Le dernier problème était le nom. Ils/elles trouvaient que Band Of Mercy ne convenait pas et voulaient donc un nouveau nom. Un nom qui effrayerait les oppresseurs et les hanterait la nuit. Un nom qui symboliserait une idéologie.

C’est avec cela à l’esprit qu’ils/elles formèrent l’Animal Liberation Front en 1976. Ils se firent rapidement connaître dans le monde entier. Aujourd’hui il y a des membres actifs de l’ALF dans plus de 20 pays, la Suède est l’un des plus proéminents.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s