Straight Edge : une perspective anarchiste d’une personne de couleur sur la résistance à la culture de l’intoxication

ban1010

Tout individu vivant dans un quartier composé de personnes de couleur à faible revenu sait que lorsque les emplois sont rares, la survie passe par tous les moyens nécessaires. Les drogues sont des produits dont la demande dans les quartiers pauvres est infinie. Là où les gens souffrent, le besoin d’évasion facilite un marché toxique. Qu’il s’agisse de nicotine et d’alcool, ou d’herbe et d’héroïne, une personne pauvre va trouver le moyen d’en obtenir afin de la vendre ou d’en consommer pour s’échapper. Je me souviens que lorsque j’étais petit, je voyais tous les jours des personnes errer dans le quartier sous l’influence de différentes substances, et de temps en temps, l’une d’elle s’asseyait à côté de moi au parc et me confiait sa douleur. Le souvenir de la détresse d’être toxicomane, que je voyais dans leurs yeux, sur leur visage, n’a jamais quitté ma mémoire. Écouter certaines de ces personnes me parlant comme à un adulte, formuler cette détresse, m’a conduit à me poser les questions suivantes : Pourquoi cela leur arrive-t-il ? Est-ce simplement à cause des choix qu’ils ont fait ou à cause d’autres facteurs plus importants, qui jouent des rôles clés en cultivant une existence d’oppression et de négligence ?

En grandissant, j’ai réalisé que comme les animaux humains sont mis en cage par la civilisation, la propriété privée, les bandes armées qui protègent ceux au pouvoir, la culture de l’intoxication est une échappatoire à la réalité. Dans de nombreux cas, il s’agit d’une autodestruction dû à une colère intériorisée et réprimée. Le fait que certaines familles vivent avec des miettes tandis que d’autres entassent plus que nécessaire est complètement absurde. Lorsque le taux de survie chute et que la faim consomme votre patience, « le crime » devient une option inévitable. Certaines personnes volent mais d’autres continuent à souffrir, dans la crainte d’être attrapées et enfermées. Alors, que faire d’autre quand la peur renforce une cage située dans son propre esprit et dans son coeur ? Certains abandonnent et s’autodétruisent. D’autres vendent du poison à leurs propres voisins, soit pour survivre soit pour s’enrichir. La culture de l’intoxication prospère là où les individus sont pauvres et en colère. Le pacifisme et l’apathie coopèrent avec l’évasion de la réalité, en décourageant la confrontation directe avec les causes sous-jacentes d’une telle détresse.

Je me suis revendiqué straight edge à l’âge de 16 ans. Ce n’était pas seulement pour la musique, l’unité dans les concerts, ou le X (qui n’était pas très facile à voir sur mes mains). Pour moi, être straight edge était avant tout une déclaration politique personnelle. J’ai vu ce qu’elles ont fait à ma propre famille et j’ai vu comment « la guerre contre les drogues » a été utilisée pour brutaliser et emprisonner les personnes de couleur. Il était évident que le système capitaliste suprématiste blanc profite des personnes intoxiquées de couleur. Le complexe industriel des prisons se félicite que l’état utilise des toxicomanes comme mouchards. Il y avait un véritable marché pour la consommation de nicotine et d’alcool dans la rue. Tant que nous étions distraits avec l’addiction et les problèmes de santé faisant suite à cette dernière, questionner l’origine de notre malheur ne nous venait pas à l’esprit. Tout cela, incluant la perte d’amis et de membres de ma famille suite à une overdose, m’a laissé avec la colère de rejeter la culture de l’intoxication. J’ai adopté le straight edge après avoir décidé que je n’utiliserai et dépendrai jamais de cette merde. Pourquoi bordel, mettrais-je de l’argent directement dans les poches de ceux qui se foutent complètement de nous, de notre santé, de l’environnement ou des animaux non-humains emprisonnés dans les laboratoires de test ? Juste pour que je puisse « être bourré » ou faire une pause avec une dose de nicotine ?

Mais alors que j’avais la volonté de rejeter la culture de l’intoxication, ce n’est pas le cas de tout le monde. Je peux seulement parler pour moi-même en ce qui concerne cette décision. Une chose que j’ai trouvée problématique à la fois dans la communauté anarchiste et la communauté straight edge, est le manque de groupes d’entraide ou d’espaces sobres à destination des individus luttant contre l’addiction et la culture de l’intoxication. En voyageant, j’ai vu bon nombre de collectifs anarchistes remplis de fumée de cigarette et noyés dans l’alcool. La plupart des collectifs anarchistes se montrent timides quand on les interroge sur l’existence d’un espace sobre et sur le soutien des camarades qui se confrontent à des batailles personnelles avec l’addiction. Personnellement, j’estime que la sobriété radicale est importante dans les milieux radicaux, et que le soutien à celles et ceux qui essaient de se retirer d’habitudes toxiques est nécessaire pour ouvrir plus d’avenues de solidarité. Tandis que beaucoup de personnes sont straight edge pour de nombreuses autres raisons, j’utilise ma sobriété comme une arme de guerre. Pour moi, le straight edge est plus qu’un X sur des mains et des tatouages.

Mon straight edge se confronte aux industries, aux compagnies de tabac, aux cartels de drogue, et à tous ceux qui s’enrichissent en asservissant les personnes accros. Mon straight edge est un drapeau noir. Pour moi, cela signifie que je n’abdiquerai pas et que je refuse d’être pacifié par les armes du système qui intériorisent la défaite . Solidarité avec celles et ceux qui luttent contre l’addiction. Tout le pouvoir aux familles et personnes de la communauté levant les armes contre les barons de la drogue et les cartels dans leurs villes.

Source : « Straight Edge: An anarchist POC perspective on resisting intoxication culture » – Riotous Incognitx issue #2: A Queer, Insurrectionary Anarchist, Vegan Straight Edge Zine

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s