Straight edge et féminisme : un article de Laura X Synthesis

LindseyDeLuca

Attention : certaines parties de cet article parlent de violence sexuelle. Merci de prendre cela en considération avant de lire cet article.

Quand le STRAIGHT EDGE émanait sur terre

Le sxe est maintenant mort en Europe et est-ce vraiment surprenant ? Sa popularité s’est fondée sur un effet de mode plutôt que sur un mouvement, et forcément certaines personnes vont difficilement s’accrocher à quelque chose d’aussi superficiel. Peut être que nous devrions nous rappeler que l’éthique straight edge est en fait réellement radicale, révolutionnaire et progressive. Être straight edge signifie s’opposer à certains des systèmes les plus manipulateurs que le pouvoir utilise pour nous empêcher d’être libres en tant qu’individus. Ils veulent nous droguer pour nous garder dans l’ignorance et la passivité. Ils veulent nous imposer des désirs artificiels et nous faire oublier notre vrai désir de liberté. Ils veulent également faire de l’argent sur ces désirs artificiels.

Tous les arguments précités me concernent bien sûr mais dernièrement j’ai pris de plus en plus conscience du STRAIGHT EDGE EN TANT QUE CHOIX FEMINISTE. L’aspect féministe est surtout en rapport avec l’alcool mais je vais d’abord rapidement mentionner l’aspect « ne baise pas ».

NE BAISE PAS

La première fois que j’ai entendu les paroles de Ian McKaye (chanteur de Minor Threat qui a écrit la chanson ‘Out Of Step’ définissant les bases du straight edge) j’ai été très impressionnée d’entendre un homme parler de sexualité d’une façon responsable pour une fois. La vérité est qu’on apprend aux hommes à être des consommateurs de sexualité et des consommateurs de femmes de la même façon qu’on leur apprend à consommer n’importe quoi d’autre dans la société capitaliste. Plus récemment, les femmes ont bien sûr subi le même lavage de cerveau. On n’apprend pas à interagir avec d’autres êtres humains, mais comment utiliser leurs corps et nous oublions que ces corps sont une partie entière d’un individu. Les hommes qui ont cette attitude se conduisent de façon haineuse envers les femmes et parfois il est nécessaire de le pointer du doigt pour espérer les voir se comporter différemment dans le futur. Le consumérisme sexuel empoisonne toutes les interactions entre les femmes et les hommes. C’est aussi une autre façon pour les hommes de maintenir leur pouvoir sur les femmes dans notre société patriarcale.

NB : Le but de cet article est d’exprimer mon point de vue quant à l’aspect destructif de l’alcool. Je ne plaide pas pour une quelconque interdiction de l’alcool.

NE BOIS PAS

L’alcool a un but. Un ami m’a récemment fait remarqué que l’unique point positif que l’on pourrait trouver dans l’intoxication est le fait que nous ayons tous occasionnellement besoin de nous échapper temporairement de nous-même pour rester sain.e.s dans ce monde malade. Mais selon moi, nous avons des moyens plus sains de le faire et je n’arrive pas à me souvenir avoir rencontré une seule personne ayant une approche modérée de la consommation d’alcool en tant qu’échappatoire temporaire. J’ai par contre pu voir beaucoup de formes d’alcoolismes différents.

VOMIR DANS LES RUES DE LONDRES

Je vis dans une société alcoolique. Parfois j’ai l’impression que presque tout le monde en Grande-Bretagne est alcoolique. Toute la culture de la classe populaire est basée sur la pratique de boire un verre au bar le soir. Les bars ne sont pas des endroits pour rencontrer des gens intéressants ou passer du temps avec des ami.e.s. Dans un bar, on subit une pression constante pour consommer de l’alcool dans des quantités toujours plus grandes. Vivre en Grande-Bretagne est très cher, pourtant les gens dépensent une grande partie de leur revenus dans l’alcool. Et bien entendu, ils se saoulent souvent parce qu’ils sont déprimés à cause de leur problèmes financiers !

LA VIOLENCE DANS LES RUES DE LONDRES

Pour information, je sais que l’alcool ne crée pas la violence. L’alcool fait juste ressortir la vérité ; il désinhibe les émotions que nous gardons en temps normal sous contrôle. Certaines personnes ont l’alcool joyeux, d’autres deviennent affectueuses, d’autres sont bruyantes et odieuses, d’autres encore ont l’alcool triste. Cependant l’état d’ébriété le plus visible pour la plupart d’entre nous est l’ivresse violente. Tous les samedi soirs dans chaque grande rue de Grande-Bretagne il y a des hommes de tous les âges dont les vies sont pleines de colère refoulée. Ils ont été élevés pour correspondre aux stéréotypes masculins de force et de recherche du pouvoir. Tous leurs désirs artificiels sont constamment frustrés. Les seules émotions qu’ils ont appris à exprimer sont celles qui sont destructrices. Évidemment le problème est plus profond que l’alcool seulement, mais tant que ces personnes utiliseront l’alcool comme une béquille, un exutoire et un échappatoire elles ne trouveront pas de solutions positives et constructives à leurs problèmes.

PROFITER DE LA MISÈRE ET DE LA VIOLENCE

La plupart d’entre nous ont probablement déjà eu des mauvaises, voir des horribles expériences, avec des personnes saoules. Certain.e.s d’entre vous ont peut être été élevé.es par un.e ou plusieurs alcooliques et vécu dans la crainte dès qu’un membre de la famille commence à boire. Boire épuise les revenus de la famille. Boire transforme les gens que nous aimons en monstres violents qui ne se soucient pas du bon sens et de la raison. Boire est un facteur important dans les violences ménagères (soyons honnêtes, généralement des hommes) envers leurs partenaires et leurs enfants. L’alcool est la première drogue utilisée par les hommes pour violer les femmes. Les fabricants d’alcool savent tout ça. Et ils s’en foutent complètement.

PROFITER DU VIOL

La définition du viol doit être définit avant d’aller plus loin. Beaucoup de gens ne savent toujours pas ce qu’est un viol. Un viol c’est lorsque quelqu’un manipule ou force quelqu’un d’autre à avoir des relations sexuelles sans leur consentement total. Un viol peut avoir lieu même si le violeur croit que l’autre personne est consentante. Chacun doit prendre ses responsabilités, en étant clair quant à ses propres limites en matière de sexualité, et en connaissant celles de son/sa partenaire. Si l’un des partenaires veut restreindre les limites préalablement fixées, l’autre personne doit respecter cela ; sans exception. Être saoul.e n’est pas une excuse pour dépasser les limites d’une personne.

Je vois la production de boissons alcoolisées dans son ensemble, comme une industrie maléfique et non éthique. Les capitalistes de l’alcool font leur profit en vendant un produit qui est chimiquement un poison. Ce poison est utilisé par des personnes pour se rendre insensibles, et cet état d’ébriété les empêche généralement de jouer un rôle positif dans le monde. Une personne saoule est au mieux un consommateur passif, et au pire, un violeur ou un perpétrateur de violence domestique.

Les publicités pour l’alcool font preuve de sexisme et de misogynie. Boire vous rendra plus féminine ou plus masculin. Boire améliorera votre capacité à consommer du sexe. L’alcool vous aidera à être décontracté. Les marques d’alcool savent très bien que leurs produits sont utilisés comme des drogues pour violer, et ils font une promotion auprès des hommes basée sur les promesses d’obtention de relations sexuelles.

Personnellement, je trouve choquant que si peu de campagnes existent pour informer les femmes des dangers de l’alcool. En ce moment il y a l’affiche d’une campagne plutôt intéressante dans certains bars de Londres qui mettent en garde les femmes sur le fait d’accepter un verre de la part d’étrangers, ou de laisser leur verre sans surveillance sur la table, à cause de l’utilisation de drogues comme le Rohypnol. Cependant, il arrive rarement que des hommes droguent des femmes. Le fait que les hommes utilisent l’alcool comme drogue pour le viol est commun et accepté parce que personne ne reconnaît cette vérité. La seule campagne dont j’ai entendu parler à ce sujet est celle de Women’s Campaign of the National Students au Royaume-Uni. Les nouveaux/nouvelles étudiant.e.s dans les universités de Grande-Bretagne sont constamment poussé.es à la consommation quand ils/elles arrivent, et la plupart finissent par avoir une consommation excessive. Beaucoup de femmes finissent par avoir des relations sexuelles sous l’emprise de l’alcool dans des situations qui bien souvent ne sont pas sûres, ni totalement consenties. Malheureusement, les tentatives de la NUS Women’s Campaign n’arriveront jamais à faire face à toute la propagande pro alcool. Beaucoup de groupes étudiants survivent grâce au profit de la vente d’alcool dans leurs bars.

PENSEZ-Y

Chaque fabricant d’alcool dans le monde

Chaque bar dans le monde

Chaque employé.e de bar dans le monde

obtient un certain pourcentage sur les bénéfices tirés de l’utilisation de l’alcool en tant que drogue pour violer des femmes.

obtient un certain pourcentage sur les bénéfices tirés de personnes qui battent leur partenaire et leurs enfants alors qu’ils sont sous l’influence de l’alcool.

obtient un certain pourcentage sur les bénéfices tirés de l’argent des alcooliques qui boivent jusqu’à leur mort.

C’est l’industrie que vous soutenez quand vous achetez de l’alcool.

Je ne me sens pas fière d’être straight edge. Je ressens de la tristesse et de la frustration quand je vois les effets que l’intoxication a sur notre monde et dans la vie de tous les jours. J’ai peur pour ma propre sécurité quand je marche dans les rues et que des gens saouls peuvent à n’importe quel moment m’attaquer violemment ou sauter sur mes ami.e.s.

UN MONDE SANS ALCOOL

Il y aurait une excuse de moins pour les viols.
Il y aurait un outil de moins pour les violeurs.
Beaucoup plus de gens seraient obligés de se confronter à leur démons.
Pensez simplement à la paix dans nos rues et nos maisons.

Traduction : http://www.xsynthesisx.org.uk/sxe.html

Publicités

3 réflexions sur “Straight edge et féminisme : un article de Laura X Synthesis

  1. merci pour cet article …je n’ai jamais bu ni fumé et j’ai toujours observé ce dont tu parles..j’ai déja entendu plusieurs fois des hommes me proposer « un ptit verre pr me détendre »..je me suis sentie toujours décalée ado mais je trouve de plus en plus sur mon chemin des personnes de la même « planéte »..hommes et femmes, qui ne jouent pas un rôle social d’entertainment , du convivial formaté et violent..et vivant en campagne prés des animaux bien sûr ça aide..

  2. Merci beaucoup pour cet article, très intéressant. Je suis vegan, pas straight edge, mais ce genre de textes me permet de mieux comprendre ce mode de vie, et de remettre en question le système et moi-même.

  3. Elle dit qu’elle n’a jamais rencontré personne avec une relation saine à l’alcool. C’est clair que si j’ai arrêté c’est que je trouvais objectivement mes quantités trop importantes, mais pour le coup, ce n’était pas particulièrement nocif pour moi. J’ai arrêté pour voir ce que ça fait. Et c’est avec le recul d’être edge que je me suis rendu compte l’effet positif que j’avais sur les autres. Je n’avais plus envie de reprendre, ou très peu. Malgré tout je pense qu’une relation saine à l’alcool n’est pas forcément inenvisageable. C’est juste inadéquat.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s