Haïr les flics pourrait bien être la décision la plus écologiste que vous puissiez prendre

acab1

Imaginez être un activiste écologiste dans un monde où la police s’en sort impunie en tuant un jeune qui tente de protéger une forêt ; où un gouvernement renforce ses lois tout en collaborant avec des corporations et des multinationales énormes pour étouffer l’opposition ; où un chef de police élève des fonds pour un programme incitant les quartiers à espionner les personnes disant qu’elles détestent le gouvernement.

Malheureusement ce n’est pas juste le fruit de mon imagination. Toutes ces histoires sont des faits réels qui se sont passés partout dans le monde. Et lorsque l’on vit dans le monde réel, il est plus qu’évident de constater que l’écologie radicale reste stagnante à partir du moment où la police rentre en jeu.

Et oui. S’opposer au gaz de schiste, ne plus avoir d’OGM dans nos assiettes, ou encore défendre l’habilité des loups à maintenir la biodiversité ; pour tout cela nous avons besoin de nous débarrasser de ces parasites. Éventuellement c’est le début d’une nouvelle initiative de mouvement ayant pour but de réduire le taux de CO2 par km2 tout en réduisant le taux de flics par km2. Les flics ne sont pas uniquement la première ligne de défense de la bourgeoisie contre nous. Ils sont aussi des usurpateurs massifs des ressources financières publiques qui pourraient être utilisées dans le but de restaurer la planète.

La mort de Rémi Fraisse n’est pas anodine. Ce n’est ni la première ni la dernière victime que la police assassine. Alors que les patrons de multinationales ravagent la planète, exploitent d’innombrables humains et animaux, et tout cela dans l’unique but de faire du profit ; la police les protège. Quand un groupe de personnes tente de sauver une petite partie de forêt de la destruction des multinationales, alors le gouvernement corrompu envoie ses servants armées pour effrayer les activistes, les faire fuir, ou encore même ; les assassiner. L’état est terroriste. Les flics sont des pions sur un jeu d’échecs. Chaque lutte, que ce soit pour les droits des animaux ou pour la sauvegarde des écosystèmes, ne passera jamais par une coopération avec la police. Les flics sont nos ennemis, ils nous assassinent, nous empêchent de progresser dans nos luttes, et défendent les escrocs, menteurs, voleurs et meurtriers que sont les politiciens et capitalistes. Souvenez-vous, à chaque fois que vous voyez un flic, vous faites face à un ennemi.

Pour un monde sans flics ! All Cops Are Bastards !

Publicités

4 réflexions sur “Haïr les flics pourrait bien être la décision la plus écologiste que vous puissiez prendre

    • C’est bien la fonction de flic -partie la plus visible du système répressif, empêchant toute remise en cause radicale de l’ordre établi et des groupes et principes dominants- qui est ici critiquée de ce que j’ai pu comprendre…

      Bien sur un individu pratiquant un tel métier n’est pas un « monstre » en soi, et puis j’imagine que c’est pas facile tout les jours, mais son rôle est nuisible et est à combattre, dans toutes nos luttes. En ce sens, oui, les flics sont des ennemis.

      • On n’a pas compris la même chose, la critique (l’insulte même) est dirigée vers des « flics » pas vers un système policier (ce serait déjà très différent). Sans parler du caractère simpliste de cette réflexion : « sans flics ce serait mieux », « les flics protègent les puissants » etc. Je ne suis pas pour un système répressif, évidemment, mais il y a des nuances à apporter malgré tout. Je suis pour l’ordre et le respect de la loi (surtout quand la loi est juste). Et l’ordre ce n’est pas la soumission ou l’obéissance, mais bien l’organisation viable d’une société. Croire que cela puisse se faire uniquement par l’éducation et la bonne foi c’est négliger la liberté humaine qui n’est (heureusement) pas malléable à ce point. Avec la meilleure éducation du monde, on ne pourra jamais prévenir des actes répréhensibles et donc on ne pourra pas être dispensés de l’utilisation de la force (et je dis bien de la force, pas de la violence). Si on ne veut pas qu’un organisme soit chargé de cela, pourquoi pas. Mais il suffit de jeter un coup d’œil à la psychologie sociale (l’effet témoin par exemple) pour comprendre que ce ne sont pas les gens lambda qui feront quoi que ce soit dans des situations de danger. Pour conclure, comme j’ai dit au début, je trouve la critique des « flics » un peu trop lapidaire et surtout, sans propositions de solutions.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s