Un affrontement fatal de civilisations ?

v4-Tribe-GET

La tribu ‘perdue’ d’Amazonie sous la menace des bûcherons illégaux opérants dans leurs terres de tradition

Au départ ils étaient seulement des ombres nues apparaissant ça et là dans la forêt. Mais les jours passants, les hommes et les garçons devinrent plus audacieux, s’aventurant dans les villages pour chaparder quelques légumes avant de disparaître dans le sûreté des arbres.

Ensuite ils ont été entrevues par d’autres personnes aux limites de la communauté indigène de Ashaninka, au-delà de la rivière brésilienne Envira, ‘quelques douzaines’ de membres d’une tribu amazonienne sans nom ont finalement contacté une population établie il y a vingt jours. Cela se passa quatre ans après qu’un groupe tribal, visiblement appartenant à la même tribu amazonienne, fut filmé depuis le ciel en 2010. Lorsque ces images furent dévoilées en janvier 2011, elles ont crée un engouement mondial.

Il est entendu que la tribu s’est déplacée le long de la frontière depuis des centenaires avec une existence nomade à cause des bûcherons illégaux et des trafiquants de drogues effectuant leur trafic dans leurs terres traditionnelles du Pérou. Le département des affaires indiennes du Brésil a confirmé que le groupe a momentanément décidé de contacter le village de Sympatico dans l’état d’Acre, situé à plus d’une semaine de voyage à pied et en canoë.

Sympatico, à 30 kilomètres de la frontière, est très proche du lieu où les membres de la tribu étaient filmés il y a quatre ans. Il est estimé qu’au moins quatre communautés comme celle-ci vivent dans l’Acre, constituant en tout une population d’environ 600 personnes. Deux tribus additionnelles occuperaient également un territoire au Pérou. Mais personne ne sait combien d’individus vivent en ce moment dans la forêt virginale de l’ouest de l’Amazonie.

Ce qui est sûr cependant, est que la présence des bûcherons illégaux armés a considérablement augmenté au Pérou, et leurs activités pourraient bien amener la destruction de la dernière tribu ‘perdue’ au monde. Les bois utilisés comme l’acajou sont visiblement destinés à être transformés en meubles pour l’Europe ou les USA. La loi internationale donne des droits aux Indiens sur leurs terres traditionnelles.

C’est la première fois depuis que cette surface est surveillée (et ce depuis les années 1980) qu’une tribu s’y est aventurée à maintes reprises de son plein gré.  «  Le contact a été établi et la relation est toujours paisible » a dit Funai. Le groupe aurait demandé de la nourriture et des vêtements.

Jose Carlos Meirelles, qui surveille cette région depuis 20 ans, a dit que cette situation était unique. « Quelque chose de sérieux a dû se passer. Ce n’est pas normal pour un groupe aussi grand d’indiens ‘sans-contact’ de nous approcher de cette façon. Cela est vraiment nouveau et très inquiétant et nous ne savons pas ce qui l’a provoqué ».

Aujourd’hui est le moment le plus périlleux pour les Indiens. Pour la première fois depuis que leurs ancêtres ont échappé au génocide du 19ème siècle, ils doivent faire face à de nouvelles maladies – la peste aviaire, la rougeole – contre lesquelles ils n’ont aucune immunité. La relocalisation apporte également de nouvelles menaces comme des conflits avec des groupes installés.

La loi brésilienne impose une règle de non contact, laissant libre choix aux groupes indigènes de rentre en contact avec nous s’ils le souhaitent ou non. Funai a déjà envoyé des docteurs et des spécialistes du langage sur place. Pour le moment la tribu vit avec leurs nouveaux hôtes d’Ashaninka. Bien qu’au départ très effrayés, les Ashaninka sont très touchés par la décision de leurs semblables habitants de la forêt.

Sarah Shenker, de l’organisation internationale Survival International, qui se bat pour les droits des peuples indigènes, a dit que personne ne connaissait leur langage pour le moment. « Nous ne savons pas qui ils sont », a t-elle expliquée. « C’est clairement un choix conscient pour eux d’établir le contact et ils ont dû réaliser qu’ils n’avaient pas d’autre choix. Il y a vraiment le risque d’être éradiqué. »

Les militants disent que la pression doit être maintenue sur le gouvernement pour qu’il protège leurs terres et renforce la loi.  Des photos aériennes ont été prises, montrant les membres de la tribu en bonne santé et avec un mode de vie – chassant, cueillant et cultivant leurs propres légumes – viable.

Malgré les accords récents signés entre le Pérou et le Brésil, qui respectent tous les deux l’autonomie des Indiens, cette partie de la région est confuse et sans loi, et la différence entre les règles et le renforcement de la loi peut être immense.

Les gardes brésiliens censés renforcer les droits des tribus sont corrompus par les trafiquants de drogues. Cependant, au Pérou il y a toujours une résistance officielle à l’idée que les peuples ‘sans contact’ vivent toujours dans la forêt, et certains seniors diraient même que c’est un mythe créé par les environnementalistes pour stopper l’exploitation des ressources du pays.

Mais Nixiwaka Yawanawa, un Indien venant de l’état d’Acre, a dit qu’il venait du même endroit que cette tribu qui vient de rentrer en contact : « Cela est très inquiétant de voir que mes semblables puissent disparaître. Cela montre l’injustice que nous vivons de nos jours. Ils sont encore plus vulnérables parce qu’ils ne peuvent communiquer avec les autorités. Les deux gouvernements se doivent d’agir maintenant afin de stopper ce désastre contre mon peuple. »

par Jonathan Brown du journal l’Independent

Mise à jour le 26 juillet 2014 : La tribu a déclaré être sous la menace de violentes attaques, et les experts pensent que ces menaces viennent des trafiquants de drogues et des bûcherons opérants illégalement sur ce territoire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s